Les pages de "Livres de Guerre"

 
 Accueil
 Sommaire
  
 AFN 41-42
 Conseils du 8/11/42
  11 h.
  18h.15
 Roosevelt
 réactions : 8/11/42
 Conseil du 11/11/42
 Accord Clark-Darlan
 Procès Noguès
  
 Denières mises à jour
 Recherche
 Contact
 Forum
  
 

Les Conseils des ministres du 8 novembre 1942

 

Second Conseil à 18 h. 15

 

SECOND CONSEIL DES MINISTRES
Dimanche 8 novembre 1942 – 18 h. 15
Sous la présidence de M. le maréchal Pétain, à l’hôtel du Parc.


Etaient présents :

- Pierre LAVAL.
- Joseph BARTHÉLÉMY.
- CATHALA.
- Max BONNAFOUS.
- Abel BONNARD.
- Général BRIDOUX.
- Général JANNEKYN.
- Contre-amiral AUPHAN.
- BICHELONNE.
- Hubert LAGARDELLE.
- Gouverneur général BRÉVIÉ.
- Dr GRASSET.
- Vice-amiral PLATON.
- Paul MARION.
- BARNAUD.
- JARDEL.

Le président Laval ouvre la séance en faisant un exposé des rapports diplomatiques entre les Etats-Unis et la France.

«Le gouvernement français, dit-il en particulier, de ne jamais rien faire pour amener une rupture avec les Etats-Unis. Aujourd’hui, l’Amérique nous a attaqués ; des Français meurent, des batailles se livrent, cruelles ; Alger risque d’être prise ce soir.
Je vous fais une proposition, je ne demande pas la rupture ; je constate simplement que les Etats-Unis, par leur agression contre la France, ont rompu les relations. Un jour, nous les reprendrons, c’est entendu.
Si nous ne prenions pas cette décision, il y aurait à redouter une réaction allemande, et déjà le général Oberg a téléphoné à M. Bousquet que le fait que la France n’a pas encore rompu fait le plus mauvais effet à Berlin.»
L’ambassadeur Abetz a réuni la presse et a déclaré qu’il félicitait le gouvernement français de son attitude.

L’amiral Auphan pense qu’il n’est pas possible de continuer des relations diplomatiques avec les Etats-Unis.
Le communiqué suivant est alors rédigé :
« Le conseil des ministres constate que les Etats-Unis, en portant la guerre sur les territoires de l’Afrique du Nord, ont, de ce fait, rompu les relations diplomatiques ».
Le président Laval fait connaître qu’à 17 h. 10 est arrivé un nouveau télégramme de M. Abetz, indiquant que la Luftwaffe veut envoyer des avions en Italie du Sud en passant par la France. Wiesbaden voudrait obtenir l’autorisation de survol et, d’autre part, la libre disposition des terrains.
Le Maréchal est d’avis d’accorder ces autorisations ; l’amiral Platon aussi.
Le président Laval précise :
1°) Pour le survol : d’accord.
2°) Pour les terrains, il faut :
a) poser la question aux chefs militaires en Afrique du Nord ;
b)entamer des conversations à cet effet.
L’amiral Auphan donne communication du projet de télégramme qu’il vient de préparer à cet effet.

Le président Laval a reçu un télégramme de M. François Piétri. Notre ambassadeur a vu le comte Jordana, qui l’a informé que l’Espagne n’entendait prendre aucune initiative en territoire africain.

L’amiral Auphan donne connaissance au conseil d’un certain nombre de renseignements sur les opérations navales.
Le Maréchal observe qu’il y a de nombreux bateaux coulés ou avariés ; il demande qu’on cherche à réduire les pertes.

Le président Laval fait savoir qu’il n’y a eu aucun incident en France.

En réponse à une question de M. Barthélémy, il signale que le général Weygand est arrivé.
Le Maréchal l’a déjà vu et désire le revoir.

Le prochain conseil est fixé, en principe, au lundi 9 à 11 heures.
M. Bichelonne est chargé d’assurer l’intérim de M. Gibrat.
Il est décidé que les ministres resteront à Vichy.

La séance est levée à 18 h. 50.
 

Chapitre
suivant

Dernière mise à jour le mardi 14 juillet 2009



sujet.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 15 3 2013  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.11 s  8 requêtes